OU VA LE RED STAR ?


De quel côté que l’on se tourne le club centenaire va mal, on ne voit pas à l’heure actuelle de raison d’être optimiste et arrêtons de se focaliser sur l’équipe première qui n’en est que la résultante… Plus que de longue phrase, listons les problèmes.

LES STADES
Stade Municipale, rue Docteur Bauer. Terrain principal. Etat de délabrement avancé, aucun travail ne sera fait, il sera détruit à terme. La mairie fera en sorte de le mettre aux normes de sécurité jusqu’au National. ( voir Ligue 2 ) Impossibilité pour la direction de l’utiliser à sa guise pour telle ou telle manifestation rémunératrice pour le club ( matchs internationaux, concerts par exemple ).
Stade Joliot-Curie. Terrain d’entraînement jouxtant Bauer, refait en synthétique il y a 2 ans. Déjà à refaire.
Capacité insuffisante de stades pour les 700 jeunes du club ( et le club est obligé d’en refuser ! ) qui vont jouer à Bobigny notamment.
Les terrains de l'Ile des Vannes: Seul terrain correct ( celui en synthétique ) utiliser par le deuxième club de football de la ville, l'USMA, le terrain "d'honneur" utilisé par la réserve du Red Star est à refaire. Aspect extérieur et intérieur? délabré...

LE PUBLIC
Peu nombreux. 200 à 500 en CFA, pour un match décisif de montée en CFA : 1000 personnes le maxi; mais pas gâté par le stade avec des bancs en ciment, vue sur la tribune Paris …. en ruine, poteaux obstruant la vue, et une équipe peu attractive cette année. En revanche, prix des places excellents de 3 à 5 € et le charme d’un stade à l’anglaise… En déplacement, pas de car affrété par le club tout au long de la saison. Le Collectif souhaiterait en organiser…mais trop cher, trop loin pour remplir un car. En revanche même à 450 kms toujours 3/4 voitures d’irréductibles supporters !

LES SPONSORS
Pas ou très peu de sponsors: Paprec, le premier groupe indépendant français de recyclage, il approche les 300 millions d'euros de chiffre d'affaires et Debuschère SA, un des leaders français de la peinture en bâtiment avec un chiffre d’affaires de 21 millions d'euros, installée à Chasseneuil du Poitou. Entreprise racheté par BNP Paribas et Bruno Davoine. Mais pas de grosses entreprises ( et pourtant…voir plus bas ! ) Des raisons : Niveau de l’équipe première ( CFA ) le difficile public francilien se déplace à partir de la Ligue 2 et encore ! Difficulté pour les grandes entreprises adeptes d’une économie libérale d’accoler leur image à celle d’une mairie communiste et un maillot frappé de l’étoile rouge… Bien entendu l’état du stade…

LES PRODUITS DERIVES
Pour le club, t’shirt noir, casquette noire à l’étoile rouge, maillot de l’équipe, et fanion ne font pas recette, produits de qualité mais trop cher pour Saint-Ouen ( et comme le public est peu nombreux…) Pour Le Collectif des Amis du Red Star, écharpe, t’shirt avec le logo du club ( en accord avec lui ) et bonnet. Après une embellie pour les écharpes et t’shirts le public, pas si nombreux, limite l’investissement et la demande se fait plus rare.

LA DIRECTION DU CLUB
Elle peine à trouver des investisseurs, le budget sous tutelle, cette saison, étant peu rassurant. Pas présente à l’extérieur. Président très occupé par ses affaires à Poitiers.
Pas de réunion avec les supporters depuis plus d'un an...
Manque de communication de manière générale en direction des supporters et tout simplement du public de Bauer, exemple: Barbecue annulé, Tournoi inter-entreprise en catimini, visite de Gérard Depardieu tenue secrète, un comble pour des gens dont certains sont dans "l'événementiel" !
A l’inverse un Directeur administratif toujours présent et disponible.

LES MEDIAS Le Parisien Seine-Saint-Denis, les résultats une fois par semaine. Pas plus. Dur à avaler alors que les rédactions du journal sont rue Michelet à Saint-Ouen.
Internet. Le seul média plein de vitalité autour du club.
Site officiel. Enormes archives, actus au quotidien. Directs sur les matchs.
Site du Collectif des amis du Red Star ( Association municipale ) indépendante du club. Plus critique. Actualisé à la quinzaine environ.
Forum des supporters très suivi.
Blogs en pleine effervescence ( textes , photos, vidéos ou plus personnel ).


LA PRECARITE EN SEINE-SAINT-DENIS
Avec plus de 41000 Rmistes, le « 93 » concentrait en 2005 23% des allocataires franciliens, ce qui représente 64 allocataires pour 1000 personnes âgées de 20 à 59 ans ans (34 dans la Région et en France métropiltaine). Ce taux a fortement progressé il était de 42 pour 1000 en 1995. En matière de revenu imposable, la Seine-Saint-Denis est non seulement celui des départements d'Ile-de-France dont les revenus sont les plus faibles, mais où ils sont nettement en dessous de la moyenne nationale: le revenu fiscal moyen des foyers - imposables ou non - s'élevait en 2003 à 14273 euros contre 21225. Un foyer sur deux ne paie pas d'impôts faute de revenus suffisants ( ils étaient 44% en 1995) .

L’EQUIPE Résultante de l’état du club actuel. Repartait à zéro ( août 2007 ) sur le plan collectif, pas de joueurs cadres ( hormis Eugène Kagulungu et Yoann Djidonou ). Vouée au milieu de tableau

DES RAISONS D’ESPERER
Les entreprises présentes à Saint-Ouen,  car il est vital que de gros investisseurs viennent rejoindre l’équipe dirigeante actuelle pour accéder au National. Alsthom, Sony France ( + de 600 ), L'Oreal ( + de 600 ), Leroy Merlin France, Castorama La Poste, Bacardi Martini France, Danone ( 400 personnes sur site ! ), Darty, Fenwick, Gaz de France ( + de 800 ), Taxis G7, Manchette Publicité ( 200 personnes ), Manpower ( 400 personnes ), Oger International ( + de 400 ), Peugeot Citroën, siège et usine ( + de 2000 personnes ), RATP, Maintenance, Sage France ( + de 500 )…et les Puces le plus grand marché d’antiquité au monde !
Sponsors ou actionnaires potentiels à même de dynamiser le club…et ses finances.

Il manque un vrai club-house buffet-bar-musée-produits dérivés ouvert sur l’extérieur du stade Bauer. Un point indispensable de convivialité club/supporters/audoniens tout au long de la semaine. Le club-house existe mais abrite, pour l’instant, le musée et la collation des joueurs.
A long terme, certes, mais construction annoncée ( très peu ) d’un stade de 24 000 places dans le cadre de la rénovation du quart de la ville. Parkings adaptée, Rer et métro en projet sur site, Cité du sport.
Logements pour 10 000 personnes attendues, de quoi remplir ( en partie ) le stade de football.
Mais aussi, le club doit-il fusionner avec plus riche que lui, comme le souhaiterait la mairie, afin de créer le vrai club populaire de la banlieue nord ? La mairie de Saint-Ouen est tout à fait pour, afin de booster son stade dans les docks. L’équipe dirigeante, de son coté, en place depuis la reprise du club estime légitimement poursuivre son plan sur « 5 ans en National, 5 ans en Ligue 1 ». Elle est toujours dans les temps.
Indication de tendance après les municipales de mars 2008, jusque-là rien ne devrait évoluer…

LE COLLECTIF


Retour à la page précédente Retour à la page d'accueil